Sevrage naturel et allaitement long d'un enfant

Sommaire

 

Donner la tétée à son bambin de 2 ou 3 ans tranquillement assise sur un banc dans un parc suscite parfois des regards désapprobateurs et de l'incompréhension.

Ce qui est la norme dans d'autres cultures est encore assez marginal dans nos pays occidentaux. Mais existe-il un intérêt à poursuivre l'allaitement au-delà de quelques mois ?

Recommandations officielles sur l'allaitement

Le corps médical est unanime sur la question : l'allaitement maternel apporte de nombreux bienfaits aux bébés.

  • Cet aliment est spécialement adapté à leurs besoins physiologiques et la tétée représente une façon de lier un lien très étroit avec son bébé.
  • L'Organisation Mondiale de la Santé recommande d'allaiter exclusivement les bébés pendant les 6 premiers mois de leur vie et de poursuivre l'allaitement au moins jusqu'à 2 ans.

Principe du sevrage naturel

De nombreuses mamans décident à un moment de stopper leur allaitement, pour diverses raisons (reprise du travail, pression sociale...). Mais pendant combien de temps le petit enfant aurait-il besoin de téter ?

En intégrant différents paramètres, on peut estimer l'âge propice au sevrage pour l'espèce humaine :

  • les anthropologues et historiens rapportent que dans de nombreux peuples, les enfants sont allaités pendant 2 à 4 ans ;
  • si on observe les autres mammifères, on constate que le moment du sevrage dépend de plusieurs facteurs et correspond :
    • à l'âge où le poids de naissance est multiplié par 4, auquel on ajoute quelques mois ; pour le petit humain, cela donnerait 3 ou 4 ans ;
    • à l'âge où le petit atteint le tiers de son poids adulte (soit 6/7 ans chez l'Homme) ;
    • à la durée de gestation multipliée par 6, comme c'est le cas chez notre proche cousin le chimpanzé (soit 4,5 ans chez l'Homme) ;
    • à l'apparition des premières molaires définitives (6 ans).

L'âge estimé du sevrage naturel du petit d'Homme serait donc très avancé, entre 3 et 6 ans.

Bienfaits de l'allaitement long

Un aliment nourrissant

On entend parfois que le lait maternel devient moins nourrissant après quelques mois d'allaitement. Il n'en est rien, ses apports nutritionnels restent conséquents. Il fournit toujours :

  • des acides gras essentiels ;
  • des protéines ;
  • du calcium ;
  • des vitamines.

Une étude, menée par des chercheurs israéliens, a même montré que la teneur en matières grasses augmente au fil du temps : alors qu'elle était de 7 % dans le lait de femmes ayant allaité de 2 à 6 mois, elle passait à 11 % lors d'un allaitement de 12 à 39 mois.

Bénéfices sur la santé des enfants

Le lait maternel apporte un bénéfice en terme de santé aux enfants allaités. Plus le bambin grandit et plus le lait se charge de défenses immunitaires : ils tombent ainsi moins souvent malades.

Mais ce bénéfice n'est pas qu'immédiat ! Il a été constaté que les adultes ayant été nourris au sein sont moins victimes :

  • d'hypercholestérolémie ;
  • d'hypertension ;
  • de surpoids et d'obésité ;
  • de diabète.

Leurs performances au test de QI sont meilleures.

Bénéfices sur la santé des mères

Les mères profitent également d'un effet protecteur vis-à-vis de certaines maladies lorsqu'elles allaitent longtemps.

  • Une équipe de recherche, menée par le Dr Alison M. Stuebe, de l'école de santé publique de l'université de Harvard à Boston, a mis en évidence le lien entre allaitement long et diminution du risque de développer un diabète de type 2. L'étude a montré, que dans les 15 ans qui suivaient la grossesse, le risque de diabète est réduit de 15 % par année d'allaitement.
  • L’allaitement diminue également le risque de développer des cancers des ovaires et du sein ; pour ce dernier, les femmes qui ont allaité au moins 6 ans au cours de leur vie de maman voient leur risque réduit des deux tiers !

Confort et tendresse

Au-delà des aspects nutritionnels et médicaux, la tétée est un moment de partage privilégié avec son bambin :

  • elle permet de réconforter son enfant lorsqu'il se fait mal, l'apaise dans des moments anxiogènes (nettoyer une plaie, faire un vaccin...) ;
  • elle apaise un enfant très agité, facilite l'endormissement ;
  • elle permet d'hydrater et d'alimenter un enfant malade, qui refuse toute nourriture solide ;
  • elle offre à l'enfant un contact physique étroit, capital pour son développement affectif.

Idées reçues sur le sevrage naturel

De nombreuses images négatives sont associées à l'allaitement long, parfois même véhiculées par certains professionnels de santé : il retarderait l'acquisition du langage, il nuirait à la sociabilisation... Pourtant, études à l'appui, ces considérations volent en éclat !

Les enfants ainsi maternés affichent une belle confiance en eux, qui leur permet de s'ouvrir au monde extérieur plus facilement.

Lorsque la maman doit suivre un traitement médical ou une intervention chirurgicale, le corps médical a parfois tendance à déclarer qu'il y a incompatibilité avec l'allaitement sans vraiment creuser la question. Pourtant, l'information est disponible :

  • le CRAT (Centre de référence sur les agents tératogènes), offre de précieuses informations sur la compatibilité des différentes molécules avec l'allaitement ;
  • la leche league (lll) édite des documents « les coins du prescripteur » destinés aux professionnels de santé, sur les traitements compatibles avec l'allaitement.

Pour bénéficier de conseils pour allaiter les enfants :

Aussi dans la rubrique :

Allaitement maternel

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider