Lamictal et allaitement

Question détaillée

Question posée le 01/03/2012 par Anonyme

Bonsoir, j'aimerai prendre ma décision si j'allaite bébé ou pas et mon accouchement est prévu pour mi mai. Je suis sous Lamictal 200 et keppra 1000.

Merci d'avance

Signaler cette question

4 réponses d'expert

Réponse envoyée le 02/03/2012 par Ancien expert Ooreka

Le Lamictal passe dans le lait maternel, c'est pourquoi il est déconseillé de de l'utiliser pendant l'allaitement. Parlez-en avec votre médecin.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 02/03/2012 par Ancien expert Ooreka

De toute façon, il passe déjà par le placenta vu que bébé a déjà le goût du Keppra et Lamictal.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 03/03/2012 par Ancien expert Ooreka

Bonjour Ethan,

La lamotrigine est utilisée dans le traitement de l’épilepsie et dans les troubles bipolaires.

Selon le site www.lecrat.org,

Une centaine de nouveau-nés allaités de mères traitées par lamotrigine sont publiés dans la littérature.
La quantité de lamotrigine ingérée via le lait est importante et peut s’accumuler chez le nouveau-né allaité en raison de l’immaturité de son métabolisme hépatique. Ceci est majoré chez le prématuré.
Les concentrations plasmatiques des enfants allaités peuvent atteindre des taux thérapeutiques adultes.
Parmi 15 enfants allaités chez qui les enzymes hépatiques ont été dosées, 3 enfants ont présenté une augmentation des transaminases, régressive après arrêt de l’allaitement.
Un cas d’apnée sévère ayant nécessité une réanimation a été décrit chez un enfant allaité de 16 jours dont la mère prenait 800 mg/j de lamotrigine. La concentration plasmatique de lamotrigine chez l’enfant était dans la partie supérieure des concentrations thérapeutiques pédiatriques (4.87 µg/ml). Le bilan écarte tout autre étiologie.
Au vu de ces données, il est recommandé de ne pas allaiter en cas de traitement maternel par lamotrigine. Ceci s’applique d’autant plus que l’enfant est prématuré et/ou présente une pathologie sous-jacente.
En cas d’allaitement, une surveillance régulière de l’enfant est nécessaire pendant toute la durée de l’allaitement. Elle comprend :
un examen clinique (effets sédatifs, cutanés ...)
le dosage plasmatique de la lamotrigine chez l’enfant ainsi que des transaminases (ces examens sont à envisager après 2 à 3 semaines d’allaitement sous traitement, ou avant en cas de manifestation clinique chez l’enfant).

Le lévétiracétam, quant à lui, est un antiépileptique.
Ses effets indésirables sont notamment une sédation.

Toujours selon le CRAT, une vingtaine d’enfants allaités de mère traitée par lévétiracétam sont publiés dans la littérature.
Chez les enfants allaités, les concentrations sanguines de lévétiracétam sont en moyenne de 13% (7 à 22%) des concentrations sanguines maternelles.
Un nouveau-né allaité sous phénytoïne et acide valproïque a présenté, après l’introduction du lévétiracétam chez sa mère 7 jours après l’accouchement, une hypotonie et des difficultés d’alimentation nécessitant l’arrêt de l’allaitement.
Au vu de ces données il est préférable d’éviter d’allaiter en cas de traitement maternel par lévétiracétam. Ceci s’applique d’autant plus que l’enfant est prématuré et/ou présente une pathologie sous-jacente.
En cas d’allaitement, une surveillance régulière de l’enfant est souhaitable pendant toute la durée de l’allaitement. Elle comprend :
un examen clinique (effets sédatifs, mauvaise prise de poids...)
le dosage plasmatique du lévétiracétam chez l’enfant, en particulier en cas de manifestation clinique chez celui-ci.

En pratique, je vous encourage à consulter votre médecin et discuter avec lui de votre souhait de d'allaiter votre bébé. Il saura trouver des traitements compatibles avec la pathologie dont vous êtes atteintes.

Dans toutes les familles de médicaments, il en existe qui sont compatibles avec l'allaitement.

Je vous souhaite une belle naissance et de trouver un traitement pour vous permettre de vivre de doux moments de complicité avec votre bébé allaité.

Bien cordialement,
Carole

PS : votre médecin peut contacter le CRAT pour plus d'informations

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 04/03/2012 par Ancien expert Ooreka

Bonjour Carole merci pour l'info. Par contre le site que vous parlez je connais mon neurologue m'en a parlé. ça sert a rien d'aller chez mon doc' car il est contre. Et non merci, je ne veux pas changer ou faire autre chose par rapport à mon traîtement sinon, je vais refaire des crises et ça va faire + de 4 ans normalement que je n'en fait plus et je n'ai pas envie d'en refaire.
Donc si j'ai bien compris vous me déconseillez?
Dommage, j'aurais voulu essayer en toute intimité avec mon futur bébé mais si ce n'ai pas conseillé, tant pis.

Merci d'avance.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Ooreka vous remercie de votre participation à ces échanges. Cependant, nous avons décidé de fermer le service Questions/Réponses. Ainsi, il n'est plus possible de répondre aux questions et aux commentaires. Nous espérons malgré tout que ces échanges ont pu vous être utile. À bientôt pour de nouvelles aventures avec Ooreka !

Ces pros peuvent vous aider